Sandra Hassan Farah

Sandra Hassan Farah

Spécialiste de contenu et enseignante au Collège Éducacentre
Technique en Intervention Sociale

Jeune femme la tête entre les mains

Parlons de la violence familiale pour la prévenir!

Évoquer la violence familiale représente un premier pas dans la reconnaissance de son existence. Cette action permet de lever le voile sur des non-dits, des secrets, des tabous…

Selon le site du gouvernement du Canada, la violence familiale se définit « par toute forme de mauvais traitements ou de négligence infligée à un enfant ou à un adulte par un membre de la famille ou par quelqu’un avec qui il a une relation intime. Il s’agit d’un abus de pouvoir afin de contrôler ou de blesser quelqu’un qui a confiance en l’agresseur et qui dépend de lui. »

La violence familiale peut se composer de différents types de violences : 

  • la violence conjugale
  • la violence à l’égard des enfants
  • la violence à l’égard des aînés

Tout membre de la famille peut être concerné par ce type de violence, que ce soit aussi bien des membres proches (parents, enfants, frères et sœurs), que des membres plus éloignés (grands-parents, petits-enfants, oncles, tantes, cousins…). 

Selon les données policières du Canada, les violences connues à l’encontre des mineurs, des partenaires intimes et des aînés ont augmenté de 13 % en 2019. En 2021, le chiffre a continué d’augmenter de 3 % pour une cinquième année consécutive. 

Les femmes et les filles sont principalement concernées par les actes de violence à leur encontre. Elles représentent 69 % des victimes de violence selon Statistiques Canada. 

Avec la situation exceptionnelle de la pandémie et l’isolement forcé des familles à leur domicile, les données policières ont démontré qu’en 2021, les violences familiales ont encore augmenté de 4 %. 

La violence familiale se décompose en 5 catégories :

  • La violence physique représente la forme la plus commune et souvent la plus visible. Ce type de violence apparaît par un geste perdu comme une gifle ou le fait de pousser. Puis, ce geste se répète de temps en temps, puis plus souvent jusqu’à plusieurs fois par jour. L’intensité du geste s’intensifie parallèlement à la fréquence. Des objets/armes peuvent être utilisés dans ce type de violence.
  • La violence morale/psychologique/sociale est une forme plus difficile à détecter au préalable.Elle se manifeste sous forme de paroles dévalorisantes et/ou injurieuses, d’actions pour isoler la victime, ou encore d’attaques plus subtiles, comme par exemple, à l’encontre des animaux de compagnie. 
  • La violence sexuelle concerne tout acte sexuel non consenti, même si les personnes sont légalement conjointes. Les actes sexuels humiliants sont inclus dans cette forme de violence. 
  • L’abus financier concerne autant le contrôle excessif dans la gestion financière du foyer familial que son exploitation abusive. 
  • La négligence correspond au manque de réponse aux besoins vitaux des membres de la famille, tels que l’absence totale ou partielle de nourriture, la non-protection des dangers etc.

Selon Statistiques Canada, « plus de la moitié (54 %) des enfants et des jeunes victimes de violence familiale ont été agressés au moyen de la force physique, tout comme les trois quarts environ des aînés (72 %) et des victimes de violence aux mains d’un partenaire intime (75 %). »

La violence familiale est majoritairement représentée par la violence physique. Cependant, avec la pandémie, la violence psychologique a pris de l’ampleur alors que les familles se retrouvaient confinées dans leur maison. 

En 2021, au Canada, une femme était tuée en moyenne tous les six jours par les coups de son partenaire. Pour les autres femmes qui subissent la violence de leur conjoint ou membre de leur famille proche, les conséquences sont désastreuses : troubles psychologiques tels que la dépression, troubles psychiatriques comme mécanisme de défense par exemple. De plus, la violence familiale rayonne tout autour de la victime : environnements social et professionnel. 

Et les hommes dans tout ça?

Homme la tête dans les mains

Ils représentent un tiers des victimes et subissent des conséquences psychologiques dramatiques similaires à celles des femmes; à une exception près! Il n’est pas encore commun de parler de violence conjugale lorsque l’homme est la victime. 

Une campagne choc au Royaume-Uni sur les violences conjugales subies par les hommes, a provoqué de vives réactions.

Et les personnes âgées?

Personne âgée et personne jeune se tenant les mains

Selon Statistiques Canada, 128 000 personnes âgées en 2019 ont été victimes de violence dans l’ensemble du Canada. Bien que la proportion de victimes âgées soit plus faible que celles des jeunes, de (trop) nombreuses personnes de 65 ans et plus sont victimes de violences physique, psychologique, de négligence et d’exploitation financière.

Que pouvons-nous faire face à ces violences?

  • Informer la police si vous êtes témoins de violences familiales, quelles qu’elles soient.
  • Sensibiliser et prévenir ces situations en en parlant dans son environnement familial, mais aussi amical et professionnel. En parler, c’est reconnaître que ce type de violence existe. C’est un grand pas pour les victimes.
  • S’informer sur les différents types de violences et rechercher quelles sont les ressources pour soutenir les victimes. 
  • Mais avant tout, PARLER! Le silence peut tuer…

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site du Gouvernement du Canada.

Le programme en Intervention en travail social du Collège Educacentre

Dans le cadre de la formation Intervention en travail social, l’équipe d’experts du Collège Educacentre a développé un cours spécifique intitulé « Comprendre et intervenir auprès des jeunes et des familles ». Ce cours permet de comprendre la complexité du concept de famille et les démarches d’interventions pour accompagner les familles lorsqu’elles rencontrent des défis particuliers.  A la fin du cours, l’étudiant est capable d’identifier les différentes typologies des familles et d’établir des interventions adaptées aux problématiques. 

N’hésitez pas à contacter l’équipe du collège Educacentre pour connaître l’ensemble des offres de cours pour la formation en Intervention en travail social. 

Références

Découvrez notre programme Intervention en Travail Social

Intervention en travail social

Recevez de l’information sur notre programme d’Intervention en travail social